fbpx

ADSL, xDSL, Fibre… Comprendre les technologies web pour mieux choisir son abonnement.

Que ce soit les besoins croissant des utilisateurs qui aient incité la technologie à se développer, ou ce développement qui nous permettent de nouveaux usages, il faut bien dire que l’internet d’aujourd’hui n’a plus grand-chose de comparable avec celui que nous avons connu il y a quelques années.

Les technologies de raccordement au réseau ont évolué, et nous avons oublié le doux bruit de connexion du modem Rtc, pour aujourd’hui connaitre uniquement les persistantes lumières de nos box toujours connectées.

Ici nous parlons de technologies de fourniture de l’accès à Internet, ADSL, ADSL 2+, VDSL, VDSL 2, fibre…

Toujours à la recherche de débit plus élevés, les utilisateurs sont en quête de la meilleure connexion, mais savez-vous ce qui se cache derrière ces termes ? Quelles sont leurs promesses ? Leurs contraintes ? Tous les usagers ne peuvent avoir accès aux mêmes technologies de connexion, il est donc bon de savoir à quoi s’attendre en faisant un petit tour de ces différents acronymes.

La Fibre (FTTx)

Nous allons commencer par la fibre, puisque ce sera la seule techno que nous verrons qui n’utilise pas l’ancestrale ligne cuivre. Cette technologie est désignée par les innitiales « FTT » plus une ou deux autre lettres comme FTTH, ou FTTLA, l’accronyme « FTT signifie « Fiber to the… » ou « Fibre jusqu’au… » et la dernière lettre désigne jusqu’où est relié la ligne en fibre… Un peu plus d’explications en fin de paragraphe !

La connexion internet par fibre optique, est relativement jeune comparé aux autres systèmes. Elle repose sur une transmission des données de manière optique, comme son nom l’indique. Les avantages de cette technologie par rapport aux technologies basées sur la ligne en cuivre sont que la connexion est plus rapide, qu’elle est plus stable, car la fibre n’est pas sensible aux perturbations électromagnétiques, et que le débit chez l’utilisateur final n’est pas conditionné par la distance du domicile par rapport au répartiteur.

Dans cette manière de procéder, les données ne sont donc plus transmises de manière électrique, mais lumineuse, ce qui induit fatalement qu’elles ne peuvent plus passer par le même câble. Donc, afin de pouvoir profiter de la connexion par fibre optique, il faut que votre logement soit raccordé au réseau fibre optique.

Et c’est bien là, pour le moment le principal frein ! Cette technologie étant assez récente, tout le territoire n’est donc pas encore couvert par le réseau fibre, et assez logiquement, tout le monde ne peut donc pas encore prétendre à un tel abonnement. Des sites existent afin que vous puissiez savoir si, oui ou non, vous êtes éligible à la fibre, et le cas échéant, avec quel opérateur.

Suivant les abonnements et les FAI, la fibre offre des débits pouvant atteindre 500 Mbits/s, voir 1Gbit/s. On parle alors de très haut débit. De plus, si le débit descendant est très bon, celui en upload l’est lui aussi, avec la fibre vous pouvez espérer des débits montants de 200 Mbits/s ou plus.

Vous le comprenez donc, la fibre, c’est le Graal de l’internet fixe. Pour le moment, c’est la technologie de connexion la plus rapide, et son principal désavantage est de n’être pas encore disponible de partout.

Revenons maintenant sur ces appellations de FTT ou « Fiber to the… » du début de paragraphe ! La fibre optique est un excellent moyen d’accéder à internet, comme nous venons de le voir, cependant l’opérateur ne relie pas toujours le câble optique jusqu’au domicile de l’abonné, c’est ce que cette appelation va vous indiquer :

  • FTTH : « Fiber to the Home » ou « Fibre jusqu’à la maison » en français. C’est le meilleur type de connection par fibre : la fibre optique arrive jusqu’à votre domicile. C’est souvent le cas des maisons individuelles dégroupées en France.
  • FTTB : « Fiber to the Building » ou « Fibre jusqu’au bâtiment » en français. C’est presque aussi bien que le FTTH : votre bâtiment est relié à la fibre mais votre logement est relié en Ethernet. C’est souvent le cas des appartements en France : l’immeuble est relié à la fibre à sa base et chaque logement est desservi en Ethernet ensuite.
  • FTTS : « Fiber to the street » ou « Fibre jusqu’à la rue » en français. Cette fois c’est la rue qui est reliée à la fibre optique, puis les logements reliés avec du câble réseau classique. C’est le cas de résidences privées en France, la résidence est reliée à la fibre mais les maisons individuelles sont ensuite reliées en filaire classique.
  • FTTO : « Fiber to the Office » ou « Fibre jusqu’au burreau » en français. Comme le FTTH mais en version professionnelle.

D’autres accronymes FTTx existent mais je vous ai cité ici les principaux qui devraient vous intéresser !

xDSL

Un très court mot sur le sigle xDSL qu’il est commun de rencontrer. Pourquoi un petit mot ? Tout simplement car il ne s’agit pas à proprement parler d’une technologie d’accès à internet. Quand on parle de xDSL on parle en fait de toutes les technologies cuivre cousines de l’ADSL, celle que nous allons voir ensuite.

Utiliser un terme générique pour parler des technologies cuivre, permet de pouvoir établir un distinguo plus simple entre la fibre (FTTx) et les autres manières fixes de se connecter à Internet (xDSL).

ADSL

Pour Asymmetric Digital Subscriber Line qui signifie peu ou prou, et suivant la terminologie française retenue, « Liaison numérique asymétrique ».

Cette technologie n’est pas vraiment récente contrairement à ce que l’on pourrait penser, c’est l’ingénieur Joseph Lechleider qui l’a développée en 1988.

L’ADSL a la particularité de ne pas offrir le même débit en émission et en réception, les débits d’upload et de download sont différents. Avec l’ADSL vous aurez un débit descendant (download) bien supérieur. M.Lechleider s’était en effet rendu compte qu’en maintenant des débits symétriques, de nombreuses interférences tendaient à diminuer ce débit. C’est donc pour cette raison qu’il imagina cette nouvelle norme.

Arrivée sur le marché français au début des années 2000, la technologie ADSL fait cohabiter le transport de la voix et des données sur une même ligne cuivre. Les débits de l’ADSL sont généralement compris entre 1 et 15 Mbits/s. Je dis généralement car ces débits sont conditionnés par tout un tas de facteurs, comme votre emplacement par rapport au répartiteur, la qualité de votre ligne, de votre modem…

L’ADSL a été une véritable rrévolution en son temps, tout le monde communiquait sur le fameux « haut débit », si toutes les conditions étaient réunies, vous pouviez espérer entre 10 et 15 Mbits/s de débit descendant, ce qui pour l’époque était énorme.

Aujourd’hui encore, certains utilisateurs sont toujours connectés via cette technologie viellissante.

Nous vous passerons les évolutions de chaque norme, l’ADSL passant ensuite à l’ADSL 2 puis à l’ADSL 2+, pour nous concentrer sur les faits marquants. Je ne veux pas minimiser l’évolution de chacune des normes, nous étions bien content à chaque fois de grappiller quelques mégas de bande passante, mais il faudrait écrire un article de 20 pages pour en faire le tour.

VDSL

C’est le Very hight bit rate digital subscriber line, là on parle enfin de très haut débit, comme le dire les différents acteurs. Il s’agit toujours d’une techno xDSL et cette fois-ci les débits peuvent atteindre 50Mbits/s. Mais le VDSL est très fortement conditionné par votre distance par rapport au répartiteur. Plus votre domicile en est éloigné, et plus le débit maximal sera faible.

C’est une contrainte importe puisqu’elle signifie qu’il est impossible de promettre les mêmes débits à tout le monde.

VDSL 2

Le VDSL2 date de 2013 (en France), c’est une technologie permettant d’atteindre des débits de 100 voire 200 Mbits/s, mais la contrainte de distance est encore plus forte qu’avec le VDSL. C’est la méthode de connexion, si vous êtes éligible, qui est en vigueur aujourd’hui. Par exemple, à titre personnel, mon domicile est situé à un peu plus de 100 mètres du répartiteur, et je dispose de 96 Mbits/s de débit descendant.

Le meilleur type de connexion filaire est pour le moment la fibre, mais le VDSL 2 est, si vous êtes éligible, une bonne alternative en attendant mieux. Le développement de la fibre se fait par étape, et ceux qui se trouvent en queue de liste commencent un peu à trouver ça long. Petite astuce, si vous avez une bonne couverture en 4G ou 4g+, et que le débit internet de votre habitation est moyen, peut-être qu’il peut être intéressant de se pencher sur l’achat d’un routeur 4G !

1 Partage = 1 routeur sauvé en Alaska
Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: