fbpx

Grand Guide des appareils réseaux : Quel appareil sert à quoi ?

Disposer d’un réseau local fonctionnel et performant ce n’est pas si compliqué, mais encore faut-il, quand on est un débutant, savoir à quoi sert chaque appareil et décider si on va en avoir besoin ou non. Pour cela, nous vous présentons aujourd’hui un guide des appareils les plus usuels que vous pouvez trouver sur un réseau local, nous vous expliquons à quoi ils servent. Ainsi, vous pourrez décider de leur utilité pour vos propres besoins.

Il fut un temps où, pour pouvoir profiter d’un réseau local digne de ce nom, il fallait disposer de connaissances spécifiques assez poussées. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas, tous les fabricants et les différents acteurs du marché ont tout mis en œuvre pour énormément simplifier l’installation des différents appareils.

C’est devenu si simple que de nombreux utilisateurs ne rendent pas compte de la complexité de leurs tâches quotidiennes tant cela est devenu transparent. Aujourd’hui il est très commun de lancer un film, sur sa TV connectée, depuis son téléphone, le film étant hébergé sur votre serveur NAS. Une autre chose qui a beaucoup changé au fil des ans, c’est le nombre moyen d’appareils que l’on trouve aujourd’hui sur un réseau local. Il y a 20 ans, on trouvait généralement 2, 3, 4 appareils connectés sur un réseau local standard. Aujourd’hui, ces appareils se comptes par dizaines ! Une box, un routeur, un ou plusieurs switch, un NAS, quasiment un smartphone par occupant de la maison, une ou plusieurs tablettes, un PC de bureau, un ou plusieurs ordinateurs portables, une imprimante sans fil, peut-être des caméras IP…

Et pourtant, si les services se sont multipliés et que le nombre d’appareils connectés a explosé, c’est bien plus simple à mettre en place aujourd’hui !

Modem

Le mot Modem est la contraction des mots Modulateur et Démodulateur. On comprend donc que c’est un appareil qui sert à moduler et à démoduler, mais quoi ? Dans le cadre d’une connexion XDSL (c’est-à-dire ADSL, ADSL 2, ADSL 2+, VDSL, VDSL 2 ou VDSL 2+), vos données passent par la ligne cuivre qui servait auparavant aux téléphones fixes. Cette ligne fonctionne grâce à des signaux analogique.

En France la majorité des particuliers utilisent le MoDem présent dans leurs « Box Internet ».

Mais votre réseau local, quant à lui, émet et reçoit des données numériques, il n’est pas capable de comprendre les données numériques.

Je fais une petite parenthèse ici, pour notre culture générale à tous et j’attire votre attention sur le fait que j’utilise le terme « numérique » et non « digital ». Vous trouverez souvent le mot « digital » pour parler de « numérique », mais ce n’est pas français ! « Digital » est un mot anglais, qui signifie donc « numérique ». Mais en français, « digital » veut simplement dire « qui a rapport aux doigts ».

Bref, puisque votre ligne téléphonique et le reste de votre installation ne parlent pas le même langage, il est nécessaire de disposer d’un traducteur. Ce traducteur, c’est le modem, qui va, d’un côté transformer les données numériques en signaux analogique pour les envoyer sur le net, et de l’autre côté convertir les signaux analogiques en données numériques pour que votre réseau puisse les réceptionner correctement.

Aujourd’hui, vous n’aurez pas à vous poser la question de savoir si vous avez besoin ou non d’un modem, tout simplement car ils sont maintenant intégrés dans nos box.

Même si vous utilisez la fibre optique, il existe un modem qui transformera les données numériques en signaux lumineux.

Donc, pour faire simple, un modem est indispensable, mais vous n’avez pas à vous en soucier car il est déjà présent dans votre installation.

Routeur

Le routeur est l’appareil qui va se charger de router, c’est-à-dire d’organiser les points d’arrivées, des différentes données reçues ou envoyées.

En gros, sans routeur, pas de réseau local. Alors vous allez me dire que votre box fait la même chose (nous y reviendrons plus tard), mais si les routeurs « additionnels » (en plus de votre box) sont si populaires, c’est simplement qu’ils permettent un plus large éventail de fonctionnalités.

Les différents fabricants de routeurs sortent de nouveaux modèles à chaque fois qu’une nouvelle technologie apparait. Ce qui n’est pas le cas des opérateurs avec leur box. En effet, vous pouvez disposer chez vous d’une box opérateur vieille de plusieurs années et qui, de fait, est un peu vieillotte… elle a souvent deux ou trois normes WiFi de retard, et est loin de proposer toutes les nouveautés que vous pouvez trouver sur un routeur récent.

Un routeur est donc souvent installé en parallèle de la fameuse box, afin de pouvoir pallier aux lacunes de cette dernière. Client VPN, NAS intégré, cloud intégré, anti-virus intégré, contrôle parental, QOS… un routeur apporte beaucoup de choses par rapport à une box opérateur. De plus, avec un routeur, vous avez le contrôle total, ce qui n’est pas le cas avec une box opérateur ou beaucoup de paramétrages sont absents ou limités.

Est-ce que vous avez besoin d’un routeur ? Oui, c’est indispensable. Est-ce que vous avez besoin d’un routeur en plus de votre box ? Non, pas forcément, même si vous devez commencer à comprendre pourquoi, nous y reviendrons plus tard.

Cependant, si cela n’est pas obligatoire, il est tout de même appréciable de posséder un routeur additionnel, surtout si vous êtes un amateur éclairé ou que vous voulez, à termes, mettre en place des choses un peu « complexes ». Ou bien alors si vous voulez disposer des dernières technologies en date.

Comment faire la différence entre MoDem et Routeur en un clin d’oeil ?

En général, vous pouvez faire la différence entre MoDem et routeur très facilement en un clin d’oeil grâce à un détail : Le boitier qui a des antennes est le Routeur !

Box opérateur

On en arrive enfin à la box opérateur, ce qui devrait vous permettre de comprendre pourquoi nous avons retardé les explications concernant cet appareil.

Une box, n’est pas un appareil qui sert un usage. Une box est simplement un boitier qui regroupe en son sein plusieurs autres appareils nécessaires à la constitution d’un réseau local. Une box, c’est schématiquement un modem, un routeur et un switch en un seul appareil.

La box peut également inclure d’autres appareils, moins indispensables pour le bon fonctionnement du réseau. Ainsi aujourd’hui, certaines box peuvent inclure du stockage réseau, une enceinte connectée…

En ayant l’idée de regrouper dans un même appareil tout ce qui est indispensable à la mise en place d’un réseau local, les opérateurs permettent aux plus néophytes de pouvoir profiter de leur service. Ne nous voilons pas la face, ça a été avant tout mis en place pour toucher le public le plus large possible, mais c’est une bonne chose car il serait complexe pour beaucoup d’entre nous de devoir monter un réseau de A à Z sans box. La box a incontestablement contribué à la très large et rapide adoption d’Internet en France.

Maintenant que vous savez ce qu’est une box, vous comprenez pourquoi il n’est pas indispensable d’acheter un modem ou un routeur puisqu’ils sont forcément déjà présent dans votre box.

De là, vous comprenez donc également qu’une box opérateur est, dans la plupart des cas, indispensable. Avec certains opérateurs, il est encore possible de se passez de la fameuse box, en paramétrant soit même un modem/routeur, mais de moins en mois d’utilisateurs adoptent cette manière de faire. En effet, c’est bien plus simple de coupler un routeur à la box que de tout paramétrer en partant de zéro.

Switch

Comme nous le disions, il existe déjà un switch dans votre box. Il s’agit des 4 ou 5 ports ethernet qui se trouvent derrière votre box. Un switch c’est une sorte de multiprise réseau. Quand il s’agit d’un appareil dédié, il se présente sous la forme d’un petit boitier munis de plusieurs ports ethernet. L’un de ces ports serra relié par un câble à votre box, votre routeur, un point d’accès ou un autre switch, et ensuite, tous les autres ports fourniront un accès réseau.

switch

Si vous avez besoin de plus de ports que les 3 ou 4 qui sont derrière votre box, il vous faudra un switch. Il existe des switch proposant 5 ports (donc 4 ports sur lesquels vous pourrez brancher des appareils), 8 ports, 16 ports, 24 ports et 48 ports. Assez logiquement, plus il y a de ports, plus l’appareil est cher.  Avec la généralisation des appareils sans fil dans nos maisons, si vous avez besoin d’un switch, un 5, 8 ou 16 ports devra être amplement suffisant…

Cependant, faites attention à la qualité du switch que vous achèterez. Privilégiez les modèles de grandes marques comme TP-Link ou Netgear.

Il existe également des switchs dits « administrables », c’est-à-dire qu’ils possèdent une interface en ligne qui vous permettra de paramétrer certaines choses, mais je vous signale ça simplement pour que vous le sachiez, il y a peu de chance que vous ayez besoin d’un tel appareil dans le cadre de votre réseau local. Ce sont plutôt des switchs qui sont utilisés dans le milieu professionnel.

Carte réseau

Les données arrivent par votre ligne téléphonique ou fibre, puis passent par votre modem, votre routeur, éventuellement un switch, puis elles arrivent à l’appareil réceptionnaire (c’est plus ou moins la même chose en sans-fil via le WiFi, le switch en moins).

Mais il faut que cet appareil devant réceptionner les données soit en mesure de le faire. Et il faut donc qu’il soit équipé d’une carte réseau, une carte réseau ethernet ou sans-fil. Quel que soit l’appareil réseau, qu’il s’agisse de votre PC, de votre téléphone, de votre imprimante, il possède forcément une carte réseau.

Aujourd’hui, ces cartes réseau sont le plus souvent intégrées. Dans le cas d’un smartphone ou d’une tablette par exemple, cette carte est intégrée au processeur (plus précisément au SOC). Sur un PC la carte réseau est intégrée à la carte mère. Mais il peut arriver que vous souhaitiez vous procurer une autre carte réseau. Par exemple pour équiper votre tour d’une connexion WiFi, ou bien pour remplacer la carte en cas de défaillance de celle par défaut. Dans le cadre des connexion sans-fil, il est aussi parfois souhaitable de remplacer la carte WiFi afin de bénéficier des dernières normes.

Câble ethernet.

Le câble ethernet n’est pas réellement un appareil, mais il convient tout de même d’en parler, tout simplement car c’est une composante indispensable de votre réseau local. Car si pour bon nombre de vos périphériques, vous pouvez vous passez de câbles, comme pour vos téléphones, vos tablettes ou même vos PC, ce n’est pas le cas pour certains autres. Par exemple, si vous disposez d’un NAS, ça serait vraiment une mauvaise idée de le connecter à votre réseau via le WiFi. De même, il vous faudra au moins un câble pour relier votre routeur à votre box.

Le câbles ethernet est donc le lien qui transportera vos données. Il existe plusieurs catégories de câbles ethernet, comme il existe plusieurs normes WiFi.

Les câbles de catégorie 5E ont un débit maximum de 1Gbit/s, si vous ne possédez pas de matériel particulier, comme de l’agrégation de lien ou du 2.5 Gbit/s, cette catégorie de câble devrait être suffisante pour absolument tous les usages que vous pourriez avoir sur votre réseau local.

La catégorie 6, elle, pousse le maximum à 10 Gbit/s, c’est un compromis intéressant car les appareils compatibles avec ce débit ne devraient pas tarder à devenir plus populaire.

La catégorie 6A dispose du même débit que la catégorie 6, mais une plus haute fréquence permet une portée plus importante. Si vous avez de grandes longueurs de câble à mettre en place, c’est probablement la norme qu’il faudra choisir.

Enfin, la catégorie 7 offre des débits pouvant atteindre les 40 Gbit/s. Pour le moment, mis à part dans le cadre professionnel, ceci n’a pas beaucoup d’intérêt mis à part celui d’être totalement prêt pour le futur. Mais il va se passer pas mal de temps avant que cette norme soit dans tous les foyers.

En plus de la norme, il faudra que vous choisissiez si votre câble est blindé ou non. Blindé, il portera la lettre « F » ou « S », et non blindé, ce sera un « U ». Personnellement, pour la faible différence de prix et l’importante isolation électromagnétique qu’ils apportent, je vous conseille de toujours opter pour des câbles blindés.

Répéteur

Un répéteur est un petit appareil que vous utilisez pour étendre la couverture de votre réseau WiFi. Si votre réseau WiFi ne couvre pas l’intégralité de la surface de votre habitation, le répéteur peut être une bonne solution.

Ce répéteur va donc se placer dans la zone couverte par votre réseau WiFi principal, et va le prolonger en émettant à son tour un réseau portant le même nom.

Le répéteur est aujourd’hui supplanté par les systèmes mesh, plus polyvalents, plus transparents et fonctionnant généralement mieux. Cependant, les répéteurs possèdent toujours quelques avantages, et le plus important d’entre eux est leur prix. Un répéteur ça ne coute vraiment pas grand-chose et ça peut rendre d’énormes services. Le tout est de ne pas en demander trop, je m’explique.

Un répéteur, ce n’est pas fait pour couvrir les 5000 m² de votre manoir. Par contre, si votre réseau WiFi couvre assez bien votre habitation, mais qu’il ne parvient pas à proposer un bon signal dans deux ou trois pièces à l’autre bout de la maison, un répéteur est une bonne idée. En gros, il ne faut pas que votre répéteur soit disposé en toute fin de réception WiFi en espérant que magiquement il résoudra vos problèmes de connexion. Non, il faut que votre répéteur soit situé dans une zone où la réception du signal principal soit toujours bonne. En partant de ce principe, tout devrait fonctionner à merveille et pour un prix plus qu’abordable.

Prises CPL

Les prises CPL sont généralement vendues par deux, car il en faut au moins deux pour que cela ait un intérêt. Le principe du CPL, Courant Porteur en Ligne, c’est d’utiliser les fils électrique présents dans les murs de votre maison comme de câbles ethernet.

On branche l’une des prises CPL à une prise murale et à sa box. Ensuite, on dispose le second module CPL là où l’on souhaite bénéficier d’une arrivée réseau. Une fois que les deux modules sont synchronisés, le port ethernet femelle présent sur la seconde prise dispose d’une connexion réseau. Vous pouvez donc y brancher un appareil, ou même un switch.

Le CPL dispose d’un moins bon débits qu’un WiFi aux dernières normes, et bien évidemment qu’un câble ethernet. Mais s’il vous faut une prise ethernet dans votre bureau ou ailleurs dans la maison et que vous n’avez pas envie de tirer des câbles, le CPL peut être une bonne idée. Une bonne idée à la condition que vos besoins ne soient pas trop importants. Si vous n’avez pas besoin de fréquents et gros transferts de fichiers, de streaming en 4k… bref si vous n’avez pas d’usages très consommateurs de bande passante, le CPL fonctionne très bien si votre installation électrique n’est pas trop mauvaise.

Point d’accès

Un point d’accès c’est une borne WiFi que l’on dispose loin de sa box pour bénéficier du réseau WiFi là où la box est incapable de le fournir.

Cette borne WiFi est reliée à la box, à un switch ou à un routeur via un câble réseau RJ45. Les appareils qui se connecteront au WiFi de ce point d’accès seront donc sur votre réseau local au même titre que s’ils étaient connectés à la box elle-même.

Cependant, le point d’accès a un défaut un peu pénible c’est qu’il ne disposera pas du même SSID (nom du réseau WiFi) que votre réseau principal. C’est-à-dire que lorsque vous passerez d’une zone de couverture à l’autre, il faudra vous connecter à l’autre réseau WiFi. C’est vite pénible, mais ça a été une bonne solution durant de nombreuses années.

Dans ma vieille maison aux murs très épais, j’ai eu jusqu’à 3 réseaux WiFi différents… j’étais tout le temps en train de switcher de réseau sur mon portable.

Si vous souhaitez couvrir une zone où vous vous rendez peu souvent, et donc que changer de réseau n’est pas un souci, comme par exemple votre terrasse, votre jardin etc… une simple borne WiFi reste tout de même toujours une bonne solution, même si aujourd’hui il existe des technologies bien plus abouties comme…

Les systèmes « mesh » ou « en maillage »

C’est à mon sens la plus grande révolution en termes de réseau sans-fils de ces dernières années. Une révolution car le système mesh gomme tous les désavantages des autres solutions. Un système mesh c’est un ensemble de petits modules WiFi qui permettent de couvrir l’entièreté de votre maison de manière totalement transparente.

Donc, un tel système s’achète généralement en pack, composé de deux ou trois modules, parfois plus. L’un de ces modules va être connecté à votre box ou à votre routeur, et les autres seront placés ailleurs dans votre maison. Chacun de ces modules doit au moins être à la portée de l’un des autres. Comme dans un maillage.

Ces modules vont alors communiquer entre eux et fournir un seul et unique réseau WiFi qui sera accessible partout dans votre maison (à condition que vous disposiez de suffisamment de modules). A chaque instant, vous serez connecté à la borne offrant le meilleur débit, où que vous soyez dans votre habitation.

On élimine donc ici les problèmes des points d’accès simples et des répéteurs, mais chaque médaille à son revers, et même si les choses changes petit à petit, un système mesh est encore assez onéreux. Pour un pack comprenant trois modules, suivant les marques et les technologies embarquées, il faudra tout de même compter entre 180 et 500 euros. Mais très honnêtement, même pour les packs les moins chers (déjà très performants, mais n’offrant généralement que la norme ac), ça vaut largement le coup ! Depuis que je me suis équipé, c’est un vrai bonheur ! De la cave au grenier mon WiFi est performant, tout le temps disponible et surtout je n’ai plus à switcher entre les différents points d’accès.

Je pense que j’aurais beaucoup de mal à repasser à une autre solution…

Alors est-ce que vous aussi vous avez besoin d’un système mesh ? Si votre maison est un peu grande et que vous ne captez pas partout, c’est vraiment une bonne idée d’y réfléchir…

NAS

Cet acronyme signifie Network Attached Storage, en français on pourrait traduire ça par stockage attaché au réseau. En gros, un NAS, c’est une solution de stockage qui est reliée à votre réseau local et qui est donc accessible par tous les autres appareils de ce réseau.

Il existe des solutions commerciales toutes faites comme le proposent Synology, Qnap ou Asustor, mais vous pouvez aussi très bien monter votre propre NAS sur la base d’un vieux PC par exemple.

Ces appareils vont donc héberger toute votre vie, à savoir vos films, vos séries, vos images, votre musique, vos documents et vos sauvegardes. Bien entendu, il faudra prévoir un environnement assez sécurisé au risque de tout perdre d’un coup… pour cela on utilise généralement une configuration des disques du NAS en RAID.

Que vous choisissiez une solution toute prête, ou bien que vous fabriquiez votre propre NAS, cet appareil vous proposera généralement bien plus que du simple stockage. En effet, un NAS récent vous permettra de monter votre propre serveur Web, un FTP, votre propre espace cloud etc… il vous permettra également de partager des documents ou des médias avec des proches depuis internet.

Ces NAS disposent d’un magasin d’application et leurs capacités peuvent être étendues très facilement.

Est-ce que vous avez besoin d’un NAS ? Ça dépend, un NAS c’est extrêmement pratique si vous avez beaucoup de contenu multimédia et que vous comptez les regarder ou les écouter sur différents appareils. C’est aussi une très bonne solution de sauvegarde centralisée. Pour le reste, il faut vraiment être un passionné ou un connaisseur éclairé pour monter son propre cloud ou son serveur Web.

Mais il ne faut pas renoncer à un NAS sous le prétexte que « ça doit être compliqué ». Comme pour beaucoup d’autre matériel, les NAS sont maintenant très simple à installer et très facile à utiliser.

Autres : la domotique

Il existe maintenant des centaines d’appareils réseau différents, et il y a un concept qui est particulièrement à la mode aujourd’hui, la domotique. Ainsi, nous avons vu fleurir tout un tas d’objets possédant des capacités réseau.

Vous pourrez trouver des assistants vocaux type Alexa ou Google Home, des thermostats, des détecteurs de présence, des capteurs de température ou d’humidité, des serrures connectées, des ampoules, des prises électriques…

Bref, la taille de votre réseau local, son utilité et sa diversité n’ont maintenant de limite que votre imagination et votre porte-monnaie.

  • Updated mars 1, 2021
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
0
Nous voulons connaitre votre avis, commentez !x
()
x