fbpx

Qu’est-ce que le cloud ?

C’est la nouvelle notion informatique à la mode depuis quelques années, impossible de passer à côté, tout le monde en parle, la pub est omniprésente, et même nos chers appareils ne cessent de nous rappeler l’existence du cloud.

Le cloud est très populaire car il est passé dans le monde « grand-public » de l’informatique, auparavant cantonné aux entreprises ou au plus aguerris des utilisateurs, il est maintenant disponible partout, pour tout le monde et tout le temps. Je vous propose d’ailleurs un comparatif complet des offres que j’ai pu tester pour vous.

Mais alors c’est quoi le cloud ? A quoi ça sert ? Et pourquoi c’est à la mode ? Essayons de voir tout ceci ensemble.

C’est quoi le cloud ?

Je vais essayer de vous donner une définition qui ne soit pas trop complexe et qui soit applicable à toutes les sortes de cloud. Donc, le cloud c’est la mise à disposition de ressources informatiques distantes.

Définition courte, si on ne veut pas qu’elle devienne fausse ou réductrice. Car le cloud, terme très générique, est constitué en réalité de plusieurs usages.

Dans le sens où la majorité d’entre vous doit l’entendre, le cloud, c’est la possibilité de stocker des données sur internet. Mais ça peut également être le fait de louer de la puissance de calcul, un ordinateur de jeu ou encore d’autres choses, comme un serveur dédié pour faire l’hébergement…

Le cloud c’est donc l’accès à des ressources informatiques distantes, qui généralement ne nous appartiennent pas. Et ce mot cloud ? Si vous avez quelques bases en anglais, vous savez que cela signifie « nuage », et effectivement, c’est assez parlant si on pense que ces ressources se trouvent, on ne sait où, dans la nébuleuse du réseau, quelque part sur un Datacenter. Désolé pour les rêveurs, non le cloud ne se situe pas dans le ciel. Si on voulait simplifier encore plus la définition, nous pourrions dire que le cloud, c’est l’accès à l’ordinateur de quelqu’un d’autre, pour profiter de ses capacités.

Vous l’aurez remarqué, je reste assez flou quand je parle de capacités, je ne site rien de précis. Et vous avez raison, il y a une raison à cela, le Cloud, dans son nom complet, le cloud computing, regroupe en fait plusieurs choses. Pour faire très simple, et ne citer que les usages principaux du moment, le Cloud ça peut être :

Du stockage, les ressources qui sont donc partagées sont donc des disques durs, c’est le cloud que vous connaissez.

De la puissance de calcul, les ressources partagées sont donc principalement des ressources processeur et de la mémoire RAM, c’est principalement utilisé par les chercheurs et les étudiants pour mener à bien des études par exemple.

Des serveurs complets, là toutes les ressources de la machine (physique ou virtuelle) sont partagées via le biais d’une connexion de bureau à distance, afin de pouvoir héberger et administrer des sites web par exemple, ou pour servir de seedbox.

Des ordinateurs de jeu, là aussi, toutes les ressources sont partagées, ce qui intéresse le joueur distant c’est la puissance de la machine mise à disposition. C’est une utilisation assez récente du cloud computing, et l’un des leaders mondiaux dans ce domaine est français, il s’agit de l’entreprise Shadow.

A quoi sert le cloud et pourquoi c’est à la mode ?

Stockage cloud

Le cloud, nous venons de le dire, peut être le partage de ressources différentes. Dans son acceptation la plus globale, le cloud, c’est du stockage en ligne. Un prestataire, en échange d’une certaine somme d’argent (voir notre comparatif cloud), va mettre à votre disposition une certaine portion de l’un de ses disques durs de l’un de ses serveurs de l’un de ses Datacenter.

Grâce à ce stockage dans les nuages, vous allez pouvoir stocker des données depuis n’importe lequel de vos appareils (ordinateur, smartphone…), et surtout, y avoir accès depuis n’importe quel point du globe et à n’importe quel moment. Il est donc très facilement compréhensible que ce genre de disque dur universel et toujours disponible soit très en vogue à une époque où les menaces informatiques sont nombreuses et où le travail en mobilité n’a jamais été autant pratiqué.

Avec le stockage cloud, vous pouvez mettre des données à l’abris, en dehors de chez vous, en les confiant à des gens expérimentés qui sauront garantir leur sécurité, un peu à la manière d’une banque finalement. Et avec du stockage cloud, vous pouvez aussi emmener, partout avec vous des documents importants, sans avoir à vous préoccuper d’emporter un support de stockage et sans vous occuper de copier les fichiers dessus. Généralement le moyen le plus simple et le plus rapide d’accéder aux dits fichiers est un simple navigateur internet, vos données sont donc virtuellement disponibles de n’importe quel ordinateur, tablette ou smartphone.

Les smartphones justement, profitent également de ce stockage cloud. Bien que les choses aillent de mieux en mieux, les téléphones (ou les tablettes) n’ont pas un espace de stockage illimité. Souscrire à une offre de cloud va permettre d’augmenter considérablement la mémoire de son téléphone et en plus de cela de conserver des documents et des photos synchronisées avec le reste de vos appareils.

D’ailleurs, pour que vous puissiez travailler aisément, de vos terminaux mobiles, ou de l’ordinateur de quelqu’un d’autre, certaines offres de stockage cloud mettent même à disposition de leurs abonnés des suites bureautiques en ligne.

Car si la mémoire de nos périphériques mobiles à plutôt tendances à augmenter, les fichiers qu’ils produisent sont eux de plus en plus volumineux, et au final la situation n’a pas tellement changé depuis quelques années en termes de place disponible.

Cloud computing

Le cloud computing lui revêt une autre utilité, même si elle reste dans la même philosophie. La location de serveur ou d’ordinateurs de jeu, va permettre de pouvoir s’en servir à partir d’un autre support. Imaginez, par exemple que vous pourriez jouer, en 4G à un gros jeu vidéo à la mode, depuis votre tablette, ou que vous pourriez gérer l’ensemble des sites que vous hébergez sur votre serveur de n’importe où dans le monde.

C’est le cloud gaming dont on parle le plus à ce niveau, depuis quelques mois c’est le nouveau terme à la mode, et c’est même vu par beaucoup d’acteurs comme le futur du jeu vidéo. Le principe est simple, comme nous l’avons vu, vous louez un ordinateur taillé pour le jeu vidéo, donc sans débourser l’énorme apport de base, et cet ordinateur sera maintenant à jour sur une base pré établit. Par exemple le prestataire peut vous garantir un changement de carte graphique une fois par an.

Un abonnement à un tel service coute environ 35€ par mois, soit 420 euros à l’année pour jouer dans de bonnes conditions, quand on sait qu’une bonne carte graphique à elle seule vaut généralement au minimum ce prix, on comprend l’engouement que suscite un tel service.

Techniquement, ici vous louez l’intégralité d’un ordinateur, taillé pour le jeu, qui va produire les images de votre jeux vidéo, puis vous les streamer. C’est donc un flux vidéo que vous recevez, ce flux est lisible sur beaucoup d’appareils, pour peu qu’on puisse leur relier une manette pour pouvoir envoyer les commandes de jeu. Ainsi par exemple, il devient possible de faire une partie de Call of Duty (par exemple) sur un Ipad, sur un Mac, sur un téléphone, sur un ordinateur portable de 10 ans d’âge…

Les images sont légèrement compressées, pour que la diffusion soit plus rapide et la réactivité meilleure. Le service, composé d’une simple application à installer sur l’appareil qui servira à accéder à l’ordinateur dans le cloud, n’était pas tout à fait parfait lors de son lancement. Mais aujourd’hui de nombreux progrès ont été fait et il n’est plus forcément nécessaire de posséder la fibre pour pouvoir prétendre à ce genre de service. Une bonne connexion, disons une dizaine de mega est généralement suffisante. Par contre, le flux vidéo sera plus ou moins bon suivant votre connexion. C’est comme cela que le service a été amélioré, plus vous avez de bande passante moins c’est compressé.

Très honnêtement ce genre d’ordinateur dans le cloud est suffisant (en terme de réactivité) pour jouer de manière casual à tous les jeux, même les plus nerveux. Ensuite, si vous avez un gros niveau dans certains jeux type FPS, peut-être que vous trouverez ça un peu limite. Mais pour le commun des mortels c’est parfait.

Nous avons donc vu qu’il existe différentes formes de cloud, les deux principales à retenir étant le stockage cloud et le cloud gaming. Le cloud répond à plusieurs problématiques actuelles. Premièrement, la mobilité, deuxièmement la sécurité et troisièmement l’obsolescence. Les gens veulent des données toujours disponibles, en sécurité et sans avoir à dépenser de fortes sommes d’argent qui faudra dépenser à nouveau dans un ou deux ans pour pouvoir rester à niveau. Le cloud est donc une solution intéressante, qui à mon sens n’est pour le moment bridé que par deux choses. La première c’est la confiance en la confidentialité des hébergeurs, peut-on réellement faire confiance aux plateformes qui proposent ces services ? La seconde est le débit en upload que nous avons si nous ne sommes pas fibrés. Il faut un temps infini si l’on veut mettre en ligne de gros fichiers et c’est vraiment encore un gros point noir.

  • Updated février 21, 2019

Poster un Commentaire

 
  S’abonner  
Notifier de