fbpx

Répéteur WiFi : mon guide d’installation rapide universel

Le répéteur est un instrument extrêmement pratique qui vous permet d’augmenter la portée de votre signal WIFI, mais ça vous devez déjà le savoir si vous êtes un fidèle lecteur. Ce qui va nous intéresser aujourd’hui, c’est plutôt de savoir, comment est-ce que l’on peut installer ce répéteur.

Il fut un temps où installer un répéteur relevait d’un haut niveau de technicité. Puis cette technologie se démocratisant et devenant plus commune, l’installation s’est grandement simplifiée. Aujourd’hui installer un répéteur à la maison est devenu quelque chose de vraiment simple comme j’ai pu le tester il y a quelques semaines.

Installation d’un répéteur WIFI : le WPS

Deux éléments ont permis de grandement simplifier l’utilisation de ces appareils. La prise de conscience des fabricants du fait que les répéteurs pouvaient être quelque chose de très utile aux particuliers lambda, et la généralisation du WPS.

Les vrais répéteurs sont devenus bien plus nombreux sur le marché (avant on configurait un routeur comme répéteur) et leurs prix a baissé. Le WPS les rendait installable par n’importe qui ou presque. Pour rappel, le WPS ou WIFI Protected Setup est une technologie permettant de connecter un appareil à un réseau WIFI simplement en poussant un bouton, l’échange de clé et autre configuration se fait par ce biais.

L’installation était donc grandement facilitée, puisqu’il suffisait d’installer le répéteur et de lui faire cloner le WIFI source grâce au bouton WPS. A la condition que votre routeur de l’époque dispose déjà de la technologie WPS. Le problème principal était que pour affiner la configuration de l’appareil, il fallait tout de même aller se connecter à l’interface d’administration du produit, ce qui n’est pas à la portée de tout le monde.

Installation d’un répéteur WIFI : l’appli connectée

D’un côté, les répéteurs se sont encore plus démocratisé avec le nombre grandissant d’appareils ayant besoin du réseau WIFI pour fonctionner. Et d’un autre côté, nous avons tous un smartphone, qui peut servir de télécommande à écran déporté pour agir sur tout un tas d’appareil. Il n’a pas fallu longtemps aux fabricants pour comprendre que les répéteurs étaient maintenant nécessaires dans beaucoup de maison, et qu’ils pouvaient en rendre l’installation très conviviale grâce aux applications.

C’est donc comme cela que la grande majorité des répéteurs s’installent aujourd’hui. D’abord vous branchez l’appareil au courant, puis vous vous munissez de votre smartphone et lancez l’application conçue par la marque.

Au lancement, cette application va rechercher le signal WIFI émis par le répéteur et vous demander de vous y connecter. La clé de sécurité par défaut se trouve soit dans la notice, soit directement sur l’appareil. Ensuite l’application va vous guider dans les phases principales de l’installation du répéteur WIFI, jusqu’à ce que celui-ci soit opérationnel. Ces applications vont même jusqu’à vous aider à déterminer le meilleur emplacement pour le répéteur en fonction de la force du signal du WIFI source.

C’est littéralement à la portée d’un enfant. Et ça apporte beaucoup d’avantages… L’application conserve une utilité en proposant des services qu’il était auparavant difficile d’obtenir même une fois le répéteur installé et configuré. Par exemple, vous pouvez avoir une idée en temps réel de qui est connecté à votre répéteur ou vous pouvez définir des règles d’utilisation de ce nouveau réseau. Qui a le droit de se connecter, quand, pour consulter quoi.

Tout un tas d’autres options sont maintenant présentes, grâce à cette possibilité de consulter l’interface du répéteur directement sur son téléphone. Certains disposent d’un système antivirus par exemple, d’autres permettent d’éteindre les led pour ne pas être dérangé la nuit, et d’autres enfin permettent de faire la priorisation de protocole, afin de prioriser le surf, ou le jeu vidéo par exemple.

Quand il fallait dépenser 200 ou 300 euros il y a quelques années pour avoir un routeur qui permettrait la fonction de répéteur, aujourd’hui de très bons modèles existent pour 70 ou 80 euros. En plus ils ont plus de fonctionnalités et leurs interface est bien plus chaleureuse.

Installation d’un répéteur WIFI : l’ancienne méthode

Il y a 10 ans, il n’y avait pas réellement de répéteur. Ce mot et concept existaient, mais il ne s’agissait pas réellement d’un appareil dédié. En effet, il était possible de mettre en place un répéteur grâce à un routeur qui proposait cette fonctionnalité, mais il ne s’agissait pas d’un appareil spécifique. Les grandes marques de matériel réseau, proposaient cette option sur certains de leurs routeurs que l’on pouvait alors faire fonctionner, en routeur, bien sûr, ou en point d’accès, ou bien alors justement en répéteur.

Je me souviens que la première fois que j’ai été confronté à cette fonction, c’était au travail, quand mon boss m’a demandé d’étendre la couverture WIFI de notre unique borne, si possible avec le matériel que nous avions à disposition. C’est en me renseignant que j’ai alors découvert que notre vieux routeur Linksys proposait cet usage. Bien entendu, d’autres marques faisaient aussi la même chose.

Donc, comment il fallait faire ? Comme beaucoup d’appareils réseau de l’époque, il fallait alors s’y connecter via un câble ethernet afin de réaliser le paramétrage initial. A cette époque, les choses étaient moins simplifiées qu’ aujourd’hui, et il fallait donc disposer d’un ordinateur, que l’on venait raccorder au routeur fraîchement remis à zéro (ou non encore paramétré), en faisant bien attention de se trouver sur le même range IP.

Il fallait donc, dans un premier temps rechercher dans le manuel, l’IP locale par défaut du matériel. Puis, mettre votre ordinateur sur le même range IP, et choisir comme passerelle cette IP par défaut du routeur.

Par exemple, s’il était indiqué dans la notice d’emploi que l’IP par défaut était 192.168.0.1, il fallait changer les paramètres réseau de votre carte, pour que votre adresse IP soit de la forme 192.168.0.X, et que la passerelle soit 192.168.0.1. Ensuite, on entrait dans son navigateur l’adresse du routeur afin d’accéder à l’interface en ligne d’administration.

De là, il était alors possible de choisir le mode dans lequel l’appareil allait fonctionner, routeur, point d’accès ou répéteur.

En choisissant le mode répéteur, il fallait alors indiquer à la main, les informations nécessaires pour que le dispositif soit en mesure de copier le réseau WIFI. Il fallait donc paramétrer le SSID du réseau source, le nom qui apparaît dans la recherche de réseau WIFI. La technologie employée pour le chiffrement de la clé, le canal de fonctionnement, la clé de sécurité.

Une fois toutes ces information mise en place dans l’interface d’administration, et sauvegardées après un reboot, il était alors possible de ne conserver que l’alimentation électrique de l’appareil qui fonctionnerait alors comme un répéteur.

Bien que la fonctionnalité avait le mérite d’être présente, elle présentait plusieurs points négatifs. Déjà, investir dans le prix d’un bon routeur uniquement pour avoir un répéteur n’était pas une solution optimum. Ensuite, il est évident que le système de configuration n’était pas à la portée de l’utilisateur standard.

  • Updated avril 19, 2019

Poster un Commentaire

avatar
 
  S’abonner  
Notifier de