Mon avis sur le service cloud Microsoft OneDrive

Nous l’avons déjà dit, le cloud est de plus en plus à la mode, un fort besoin de stockage ajouté à un besoin de mobilité de plus en plus prononcé et à une prise de conscience sécuritaire font que les offres de stockage en ligne s’imposent comme une solution idéale.

Vos fichiers sont disponibles sur tous vos appareils, qu’ils soient fixes ou non, ce qui vous permet de toujours avoir le dernier document de travail, ou la photo du petit dernier dans la poche. Mais le cloud permet également de rajouter du stockage sur des appareils, qui, bien que cela s’améliore, sont encore loin de posséder l’espace de nos ordinateurs. Et, bien évidemment, en stockant en ligne, vous mettez vos données à l’abri de nombreux dangers. Les dangers auxquels on pense, comme les virus et autres joyeuseté de ce genre, et ceux auxquels on pense moins, comme par exemple la panne informatique, ou bien les dégâts naturels. En effet, vous aurez beau essayer d’assurer la meilleure sécurité à vos fichiers, grâce à des antivirus, des pare-feu, et de la sauvegarde, tout cela ne les sortira pas de chez vous. Que se passera-t-il donc si par exemple votre installation venait à être inondée, ou pire si un feu se déclarait chez vous ? Bien entendu, il y aurait alors d’autre priorité que la sauvegarde de vos données, mais il est tout de même de savoir qu’elles seraient sauvées. Des années de photos de famille, des projets professionnels, parfois représentant beaucoup d’argent, des documents officiels qui vous permettraient d’accélérer ensuite les choses (scan de carte d’identité, de passeport, de certificat d’assurance, d’acte de propriété…).

La concurrence fait rage au niveau de ces services de cloud, et nous tentons de les essayer les uns après les autres, du moins pour les plus en vogue. Aujourd’hui, voyons ensemble ce qu’il faut attendre de celui proposé par Microsoft, One Drive.

Inscription et offres

One Drive, autrefois Live.com est donc le service de cloud de l’éditeur de Windows. Il propose, comme la quasi-totalité de la concurrence, une offre gratuite. Dans le cas présent, cette offre propose 5 Go de stockage. Et uniquement de stockage, la pleine mesure du service de cloud n’est disponible que sur certaines offres payantes.

La plus petite offre, après la gratuite, est de 50 Go pour 2€ par mois. Ce qui nous fait un coût mensuel au giga de 4 centimes, ce qui est plus cher que beaucoup d’autres hébergeurs. Ensuite la prochaine offre passe directement à 1000 Go, il n’y a pas d’intermédiaire, et c’est avec cette offre que tout le potentiel du Cloud s’exprime. L’offre est bien entendu plus onéreuse (69€ par an), mais le prix du giga mensuel est divisé par 8.

Je profite de cette offre de 1000 Giga pour ouvrir une petite parenthèse culturelle. L’offre mise en avant annonce un stockage de 1To. Bien heureusement, il est noté en dessous qu’il s’agit de 1000 Go. Pourquoi alors, est-ce que je parle plutôt de 1000 Go ? Tout simplement car ce sont deux choses différentes au niveau de l’informatique pure. 1 To ne fait pas 1000 Go. Peut-être que certains l’apprennent, peut-être que d’autres sont au courant de cette petite manœuvre des fabricants. En effet, un kilo-octet fait, en informatique au sens stricte, 1024 octets. Donc un méga-octet fait 1024 kilo-octet, et un giga-octet, 1024 méga-octet. Vous l’aurez donc compris, un « vrai » Tera-octet, fait donc 1024 giga-octet.

Les fabricants de stockage, ou ceux qui en propose comme dans le cas présent, ont pris l’habitude de partir du fait qu’un kilo-octet est égal à 1000 octets, qu’un méga égal 1000 kilo… Cela explique que quand vous achetez un clé USB de 8 Go, elle n’apparaisse dans votre explorateur de fichiers que comme ne pouvant accueillir que 7,8 Go, ou que quand vous achetiez un disque dur de 500 Go, il n’offre en réalité que 488 Go.

Cette offre dont nous parlons ici est donc bien une offre de 1000 Giga, et non d’un tera. Ceci mis à part, cette offre débloque les fonctionnalités les plus intéressantes de One Drive, à savoir, en tout premier lieu, la suite bureautique. Cette suite n’est ni plus ni moins que le pack office, grâce à la plateforme Office 365. Une multitude d’options se rattachent aussi au service à partir de cette offre, comme la numérisation multi-page, la restauration de fichiers en cas de défaillance de votre système, et une augmentation des quotas de partage.

Le client

Avant de parler du client à proprement parler, parlons de son intégration. En effet, depuis la sortie de Windows 10, le service de stockage en ligne de la firme de Redmond est intégré dans le système d’exploitation.

Dans les faits, comment cela se traduit-il ? Un dossier OneDrive, symbolisé par un nuage en guise d’icône est présent dans la partie accès rapide de votre explorateur de fichiers. Ce dossier est synchronisé en permanence, et tout fichiers ou dossiers qui sera déposé dedans se retrouvera automatiquement sur votre cloud. L’intégration se déroule donc de la même manière que si vous utilisiez un service comme DropBox. Une icône, en barre des tâches, vous permet de réaliser des opérations simples, comme par exemple de couper la synchronisation, d’accéder à l’interface en ligne, ou bien encore de changer d’abonnement.

Depuis le dossier intégré, il est possible d’agir comme sur n’importe quel fichier ou dossier local, de couper, copier, coller, éditer, renommer… mais il est également possible, via le menu contextuel, de partager, via un lien one drive, un fichier ou un dossier. Soit de manière simple, en cliquant sur « Partager un lien OneDrive », ce qui aura pour effet de générer un lien de partage dans votre presse-papier. Il n’y aura plus ensuite qu’à coller ce lien. Soit il est possible de choisir « Plus d’options de partage OneDrive », ce qui vous emmènera sur l’interface en ligne, et vous permettra de définir beaucoup plus d’options pour le partage.

L’intégration est très bien réalisée et c’est un moyen efficace de disposer d’un stockage cloud toujours sous la main. Une fois habitué, c’est très aisé de faire entrer cette nouvelle procédure dans votre workflow.

En plus de cette intégration, un client est également disponible pour Android, iOS et même pour Xbox.

Ergonomie

Nous venons de le dire, l’intégration de OneDrive à Windows lui confère une ergonomie particulièrement bonne puisque l’utilisation en devient totalement transparente dès que l’on utilise le dossier partagé. Il n’y a d’ailleurs, pas d’autre client disponible pour Windows, preuve que l’intégration se suffit à elle-même.

Sur smartphone, le client est très similaire à ce qui se fait ailleurs, il est très utilisable et offre toutes les fonctionnalités du service en lui-même. Pour les utilisateurs plus avancés, le fait de disposer d’un dossier physique, synchronisé avec le cloud, directement sur son PC offre des possibilités très intéressantes, comme par exemple la sauvegarde automatisée par logiciel tiers.

Pour ce qui est des autres services, comme la suite bureautique, vous ne serez absolument pas dérangé par son ergonomie si vous êtes un habitué du pack Office. C’est un moyen efficace, simple et rapide de pouvoir modifier des documents déjà existants, ou d’en créer de nouveaux directement sur son cloud.

Cela rappelle immanquablement les possibilités offertes par l’offre concurrente de Google, à cela près que pour le cloud de Microsoft il faut souscrire à l’offre de 1000 giga, alors que chez Google tout est déjà intégré dans l’offre de base.

Performances

Même protocole que d’habitude, copie en upload, puis en download d’un dossier de 80 mega contenant des textes et des photos (environ 600 fichiers). Pour les nouveaux, le test est effectué sur une connexion VDSL2+ de 100 Mb en download et de 23 Mb en upload.

Là, les choses sont plus obscures qu’avec certains autres services, et il est bien difficile de vous donner un temps de copie en passant par l’intégration Windows. Il m’a fallu 6 secondes pour copier le dossier dans le dossier partagé de OneDrive. Ce chiffre laisse rêveur, mais il ne s’agit en fait que d’un transfert local. Une fois le dossier complet transféré dans celui de OneDrive, la synchronisation commence et le client intégré commence à envoyer vos fichiers sur le cloud en arrière-plan. Je dirais, pour donner une fourchette, que la synchronisation totale, c’est-à-dire le temps pour que les fichiers soient disponibles effectivement en ligne, aura pris entre 30 et 45 secondes.

Le téléchargement, du dit dossier prend lui, pour sa part, entre 5 et 10 secondes. C’est-à-dire la même chose que les concurrents. On voit donc bien ici que ce temps est bridé par ma connexion et non pas par le service en lui-même.

Avis

Si vous cherchez de la simplicité, au travers d’une très bonne intégration, OneDrive est un service de tout premier plan. Il est quasiment invisible dans Windows, et il devient très naturel de s’en servir. Il est assez performant pour convenir à bon nombre d’usages, et l’interface en ligne ainsi que les clients pour smartphones sont bien conçus.

Mais il existe tout de même des points noirs. Par exemple, il est dommage que l’offre gratuite ne propose que 5 Giga, ou bien qu’il faille obligatoirement passer à l’offre de 1000 Go pour avoir accès à la suite bureautique.

De même, il est regrettable que l’on passe, dans les abonnements proposés, obligatoirement de 50Go à 1000 Go, sans offres intermédiaires. Une offre de 100 ou 200 Go aurait par exemple était la bienvenue.

Pour conclure, nous pouvons dire que si la simplicité doit primer avant tout, OneDrive est une bonne idée. Mais que si vous êtes prêt à rogner un peu sur cette simplicité pour gagner quelques euros ou avoir plus de fonctionnalités, alors l’offre de Google est un concurrent des plus sérieux.

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: