fbpx

Utiliser un VPN : Légal ou illégal ?

Si vous ne savez pas encore ce qu’est un VPN, laissez moi vous expliquer. VPN signifie Virtual Private Network, c’est un service, qui permet à l’utilisateur, de pouvoir faire transiter ses données par un serveur tiers. C’est-à-dire, qu’au lieu d’accéder à un site ou service en ligne, vous passez d’abord par un serveur VPN, et c’est lui qui se chargera de faire les requêtes et de vous renvoyer les résultats.

Utiliser un VPN ?

L’utilisation d’un VPN, possède, du point de vue de l’utilisateur, de nombreux avantages. Déjà, les transferts de données entre votre ordinateur et le serveur VPN sont chiffrés. Il est donc impossible, ou très difficile, pour quiconque, de pouvoir savoir ce que vous faites en ligne. Même votre FAI n’en sait rien, il sait simplement que vous êtes connecté à un VPN, c’est tout.

Ensuite, un serveur VPN peut-être localisé n’importe où dans le monde. Et une fois que vous y serez connecté, c’est son adresse IP qui sera visible, et non plus la vôtre. Ainsi il devient possible d’accéder à certains contenus bloqués dans votre pays pour des questions de droit, ou bien de télécharger depuis un pays où cela est toléré, ou bien encore, de pourvoir échapper à la censure étatique.

Ce type de connexion peut être très pratique pour de nombreuses activitées… Les pros par exemple se servent d’un VPN pour se connecter au serveur de leurs entreprise à distance sans rique de se faire Hacker, les particuliers utilisent cette technologie pour accéder à distance à leurs fichiers hébergé sur un NAS à la maison, les hacker quand à eux utilisent les VPN pour ne pas se faire démasquer sur le Web lorsqu’ils font leurs méfaits ! Il est alors légitime de se poser la question : « Les VPN sont-ils légaux ? ».

>>Je vous propose un comparatif des meilleurs services VPN aujourd’hui<<

Dans certains pays, beaucoup de choses ne sont pas accessibles, par exemple tout le monde a en tête l’exemple de la Chine. Mais voilà, les gouvernements pratiquant cette sorte de censure forte, ont compris qu’un contournement était possible via l’usage de VPN, et maintenant, dans certains pays, les VPN sont devenus illégaux.

Faisons donc un rapide tour des pays dans lesquels ont peut utiliser un VPN et de ceux où on ne peut pas.

Où peut-on utiliser un VPN

Commençons par là où nous sommes et parlons de la France. Bien entendu, l’usage d’un VPN en France est légal. Même si, pendant quelques mois, certains ont bien cru qu’il serait possible que les choses changent. Non pas que le gouvernement ou les députés aient parlé d’interdiction des VPN, mais après la vague d’attentat qui s’est abattue sur notre pays, de nombreux sites internet ont été bloqués, et il a souvent été question des moyens de communication utilisés par les terroristes.

Car ne nous voilons pas la face, si un VPN peut être utilisé pour des choses banales, comme regarder le catalogue US de Netflix, ou bien même pour des choses nobles, comme par exemple par un journaliste qui souhaite pouvoir échanger de l’information avec sa rédaction dans un pays en guerre, un VPN peut aussi être utilisé pour des choses bien plus sombres. Généralement, et même si ce n’est jamais ouvertement dit, la plupart des Etats rêvent de pouvoir savoir ce qui se transite par les tunnels VPN. Que cela soit motivé par de bonnes intentions ou non.

Donc, en France, on peut utiliser un VPN, et pas la peine de citer les pays par ordre alphabétique dans un inventaire à la Prévert, disons-le tout de suite, la plupart des pays du monde autorisent l’utilisation de VPN.

Mais, il y a tout de même un petit nombre de pays, où c’est interdit ou alors très fortement encadré. Et c’est à ces pays qu’il convient de s’intéresser car nous partons du principe que c’est autorisé ailleurs.

VPN interdits ou contrôlés

Contrairement à ce que l’on peut croire, les pays dans lesquels les VPN sont strictement interdits, au sens large, sont finalement peu nombreux. On peut citer l’Irak, la Corée du Nord, le Turkménistan et la Biélorussie. Quatre pays, quatre pays dans le monde entier qui interdisent explicitement l’utilisation des VPN. Attardons-nous un peu sur ces pays.

L’Irak

L’Irak interdit l’utilisation des VPN à sa population depuis 2014. Les raisons alors invoquées étaient simples, limiter l’accès de l’Etat Islamique à certains media, comme les réseaux sociaux, afin d’empêcher la propagande qui s’y déroulait alors. Comme pas mal de sites ou services sont interdits en Irak, l’interdiction des VPN a mené à une impossibilité d’accès de ces sites ou services par l’ensemble de la population…

Dit autrement, interdire les VPN sous couvert d’une raison légitime, permet de faire appliquer, de fait, une loi qui ne pouvait pas l’être tant que les VPN étaient autorisés dans le pays.

La Corée du Nord

Bon, là, vous vous en doutez, c’est encore différent. Ce ne sont pas que les VPN qui sont interdits, c’est l’ensemble exhaustif des contenus étrangers. Je ne sais même pas si l’on peut même parler réellement de l’Internet nord-coréen. Certes, Internet existe, mais tout est tellement bloqué pour la population, qu’il s’agit plutôt en réalité d’une sorte de géant Intranet. On appelle cet « Internet » autorisé dans le pays le Kwangmyong.

Même si vous êtes un simple touriste, vous ne pourrez pas utiliser de VPN sur le sol de Kim Jong Un, et votre connexion « normale » sera très étroitement surveillée. C’est le jeu… et peut-être qu’il vaut mieux ne pas essayer d’enfreindre les règles dans la partie nord du pays du matin calme.

Le Turkménistan

Bon alors au Turkménistan, c’est aussi très simple, tous les médias étrangers sont interdits de consultation, ça permet à un gouvernement de pouvoir raconter ce qu’il veut à sa population, c’est très pratique dans le contrôle de masse. Il n’y a d’ailleurs qu’un unique FAI pour tout le pays, ça simplifie beaucoup le contrôle et la surveillance.

Bien entendu, pas de VPN au Turkménistan, c’est interdit depuis 2015, et d’ailleurs il ne vaut mieux pas essayer. Les tentatives sont immédiatement interceptées et celui qui essaye de contrevenir aux dispositions en vigueur peut se voir convoquer par l’autorité administrative…

La Biélorussie

En Biélorussie, l’utilisation de VPN est interdite depuis 2015. En effet, le pays considère que l’utilisation d’un VPN est un moyen de pouvoir contourner les règles d’accès à Internet décidées par l’Etat, ou qui le seront plus tard. En gros, l’Etat dit, « Nous n’autorisons pas l’accès à Google, mais avec un VPN vous y arrivez quand même, alors on bloque les VPN ». Donc, l’Etat, décide, en fonction de son humeur du moment, de bloquer certains sites étrangers, et pour être certain que cela sera respecté, il interdit l’usage des VPN.

Que 4 pays ?

Je vous l’ai dit, les VPN sont interdits dans 4 pays, mais j’aurai pu être plus précis (en fait, c’est juste pour la structure de l’article…), les VPN sont explicitement interdits dans 4 pays, mais il y a d’autres pays où, c’est soit limité, soit contrôlé.

Voyons quelques-uns de ces pays, qui ne mettent pas les bons mots en face de leurs intentions.

La Chine

Si on excepte la Corée du Nord qui est vraiment un cas très particulier, la Chine est le vrai porte-étendard de la limitation des droits individuels, et cela impacte, bien évidemment, Internet et les VPN.

Les VPN ne sont pas interdits, en ce sens, en Chine. Non, c’est plus malin que cela ! Un VPN, en Chine, doit demander l’accord du gouvernement, afin de pouvoir exercer son activité commerciale. Pour obtenir cet accord, le prestataire VPN doit accepter certaines choses… comme par exemple que l’ensemble des communications qui transitent par son service soit consultable par le Parti. C’est carrément l’inverse de la philosophie du VPN.

C’est comme ça depuis 2018, et si un citoyen utilise un VPN non autorisé, il s’expose à de fortes amendes.

L’Iran

On connait moins le cas de l’Iran, et pourtant c’est peu ou prou la même chose qu’en Chine… Depuis 2013, seuls les VPN autorisés par le gouvernement sont autorisés. Avec les mêmes limitations et les mêmes acceptations qu’en Chine. Vous risquez 3 mois de prison, dans les conditions qu’on imagine, pour l’utilisation d’un VPN qui ne porterait pas le sceau de l’Etat Iranien.

Mais il y a une petite subtilité, dans la réalité des faits, beaucoup d’iraniens utilisent des VPN étrangers sans être inquiétés… cette loi est en effet là uniquement pour pouvoir surveiller et agir contre les opposants politiques au régime. Vous pouvez accéder à Facebook avec un VPN américain, à condition de ne pas dire qu’on n’est pas bien en Iran.

La Russie

Un peu nouveaux dans le game des bloqueurs de VPN, la Russie se cache derrière une volonté d’empêcher la propagation de contenus extrémistes, pour n’autoriser que quelques VPN et ce depuis 2017.

Pas la peine d’en dire beaucoup plus, si ce n’est pas explicitement autorisé par l’Etat, alors c’est interdit, et comme vous vous en doutez, pour qu’un VPN soit autorisé par l’Etat, il ne doit, ne pas être un vrai VPN…

En cas d’utilisation d’un de ces VPN non autorisés, vous risquez 12 000 dollars d’amende.

Les autres

D’autres pays utilisent ce genre de manœuvres, « nous n’autorisons que certains VPN, pour limiter la montée de l’extrémisme, et pour vous protéger de l’influence néfaste des médias étrangers »…

On peut citer les Emirats Arabes Unis, la Turquie, Oman… en tout, si l’on considère les pays où l’utilisation des VPN est interdite, et ceux où seuls certains prestataires contrôlés par l’Etat sont autorisés, ce sont 11 pays où il ne fait pas bon utiliser de VPN.

Précisions

Ici nous avons parlé de légalité, mais ce n’est pas parce que vous résidez dans un pays où l’utilisation d’un VPN est légale, que vous ne serez pas surveillé. On parle alors des 5 Eyes, des 9 Eyes, et des 14 Eyes.

Ce sont des pays qui imposent aux prestataires basés sur leur sol de permettre une surveillance…

Les 5 Eyes, ce sont l’Australie, le Canada, La Nouvelle Zélande, le Royaume Uni et les Etats Unis. Si on parle des 9 Eyes, il faut rajouter à cette liste, le Danemark, la France (et oui), les Pays-Bas, et la Norvège.

Et enfin, si on parle des 14 Eyes, il faut encore rajouter l’Allemagne, la Belgique, l’Italie, la Suède et l’Espagne.

Vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi la plupart des prestataires VPN connus et fortement utilisés par ceux qui sont soucieux de la confidentialité ont toujours leur siège social dans les mêmes pays ?

Si la plupart des prestataires VPN sérieux sont basés à Hong Kong, ce n’est pas QUE pour les impôts…

  • Updated juin 24, 2020
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
0
Nous voulons connaitre votre avis, commentez !x
()
x