1

Zone blanche : Comment recevoir internet chez vous ?

Une zone blanche, que l’on parle de connexion internet fixe, ou bien de téléphonie mobile, c’est une zone géographique dans laquelle le service n’est pas disponible. Certes, ces zones sont de moins en moins nombreuses, et le temps où partir en weekend voulais forcément dire déconnexion totale est presque révolu.

Mais pourtant, il reste encore quelque unes de ces zones, généralement très localisées. Par exemple, je vais parler de ce que je connais : mon village.

Donc, là où j’habite, nous n’avons pas encore la fibre, c’est en cours, mais ce n’est pas là… c’est en cours depuis environ 1 an, mais la COVID a bien ralenti les choses. Nous sommes donc encore cantonnés à du XDSL. Dans mon cas personnel, j’habite en centre village, non loin du DLAM, quelques dizaines de mètres, et j’ai donc une assez bonne connexion qui tourne généralement autour des 80, 90, 100 Mbps.

Par contre, et c’est normal, plus on s’éloigne du NRA, et moins le débit est élevé car plus l’atténuation est grande, c’est le principal problème de l’ADSL.

Et il y a un quartier dans ce village, en contrebas, à quelques kilomètres, qui dépend du NRA du centre village… je pense que vous voyez où je veux en venir. Dans ce quartier, l’atténuation est tellement importante, et les lignes cuivre si vieilles, que l’on peut parler de zone blanche. Les bons jours, les habitants plafonnes à 2 Mbps, les mauvais jours, ils ont moins d’un méga.

Alors, certes, ce n’est pas stricto sensu une zone blanche, mais peut-on encore faire quelque chose avec 1 méga en 2020 ?

Il en va de même pour la 4G, il reste encore des zones totalement blanches, il y a même encore quelques coins où il n’y a même pas d’internet mobile, c’est-à-dire, ni 4G, ni 3G, ni Edge…

Heureusement, pour certains utilisateurs, ces deux sortes de zones blanches ne vont pas forcément tout le temps de pair. Ce qui nous offre notre première solution.

La 4G au secours des zones blanches

Si vous avez la malchance de ne pas avoir accès à la fibre, ni même à une connexion ADSL décente, mais la change d’être bien couvert en 4G, alors la solution va être le routeur 4G. Je pense que rien que le nom suffit à expliquer de quoi il retourne, mais entrons tout de même un peu dans les détails.

Un routeur 4G est un routeur, qui peut, suivant les modèles, disposer de toutes les fonctionnalités modernes que l’on trouve sur les modèles plus classiques, mais qui, au lieu d’être connecté à votre prise téléphonique ou à votre arrivée fibre, possède une carte SIM. La liaison internet se fait donc via le réseau mobile 4G.

Cependant, il va falloir avant de vous lancer, bien identifier vos besoins, car si les opérateurs commencent à proposer des forfaits adaptés, ces forfaits sont encore rares et relativement chers. Si vous n’avez pas de gros besoins et que vous avez besoin d’une connexion uniquement pour relever vos emails et pour surfer un peu sur internet, alors vous pouvez simplement demander un clone de la carte SIM de votre smartphone.

Par contre, si vous avez un usage plus intensif, un clone de votre carte SIM ne sera pas suffisant, et il faudra passer par un forfait dédié.

Il est très important de savoir que, si le coin où vous habitez est reconnu comme étant une vraie zone blanche en termes d’internet, alors il est possible de profiter d’une initiative de l’état en partenariat avec Orange. Ce programme se nomme 4G Home et vous permettra d’avoir une connexion internet en utilisant la 4g pour un prix extrêmement modéré.

Un autre point important à savoir, c’est que, suivant la marque de votre routeur actuel, il n’est pas forcément nécessaire d’investir dans un routeur 4G. En effet, des constructeurs comme Asus (et d’autres), permettent d’utiliser le port USB du routeur pour connecter une clé 4G ou même un téléphone en mode partage de connexion USB. Suivant votre couverture en 4G les résultats peuvent être moins bons qu’avec un routeur 4G dédié car les antennes sont moins puissantes avec une clé ou un téléphone. Mais si vous êtes très bien couvert par la 4G, c’est une solution à prendre en compte.

Avant d’aller plus loin il est à noter que certes il existe encore en France des zones blanches, mais qu’il existe aussi également ce que l’on appelle des zones grises. Une zone grise est une zone géographique qui n’est couverte que par un seul fournisseur d’accès. Il convient donc de bien se renseigner, des sites existent pour cela, afin de savoir à quel abonnement, et chez quel opérateur votre ligne est éligible.

Si les zones blanches sont de moins en moins nombreuses, c’est grâce à un plan gouvernemental appelé « Zones blanches centres bourgs », qui alloue des subventions aux fournisseurs d’accès afin qu’ils équipent des localités qui ne l’auraient pas été sans. Car tout le problème vient d’une notion de rentabilité. Il est plus rentable pour un fournisseur d’accès de proposer ses services dans une zone où il pourra espérer plusieurs milliers de client sur un DSLAM, que d’installer du matériel dans une commune de 400 habitants perchée en haut d’une montagne dans laquelle le fournisseur ne pourra compter que sur une poignée de nouveaux clients. Et encore, là on ne parle que de technologie XDSL et donc les infrastructures cuivre existent déjà, maintenant transposez cela à la fibre pour laquelle il faut tirer de nouveaux câbles… le coût est gigantesque et sans cadrage de l’état énormément de communes ne seraient jamais couvertes.

Internet par satellite ?

Si vraiment il n’existe pas d’autres solutions, certains opérateurs permettent un accès à internet via satellite. Il conviendra donc d’acheter ou de louer le matériel nécessaire, une parabole et un modem. Bien entendu le ping, la latence, sera énorme, mais si vous ne jouez pas aux jeux vidéo, cela ne devrait pas être un trop gros problème. Les débits seront également bien plus faibles qu’avec une bonne connexion XDSL ou 4G. Généralement on arrive à atteindre une vingtaine de méga. Si vous êtes dans une vraie zone blanche, vous savez à quel point 20 mégas c’est énorme…

Dans un futur assez proche, on devrait également disposer d’une autre solution d’internet par satellite grâce au projet StarLink d’Elon Musk. Star Link c’est une constellation de petits satellites qui sont lancés par salves depuis quelques mois. Cette constellation a pour but final de mailler notre ciel d’un réseau de modules qui permettront de proposer une connexion internet partout dans le monde. Ce sera la fin des zones blanches. Star Link annonce des débits bien supérieurs à ceux que nous connaissons actuellement avec cette technologie et on parle d’une centaine de mégas en débit descendant.

Le Wimax ?

Le Wimax, si on voulait l’expliquer le plus simplement possible, c’est un réseau WiFi géant, qui au lieu de couvrir votre maison, va desservir votre quartier ou même votre village. Pour profiter du Wimax il faut que qu’une station wimax soit installée à proximité de chez vous. Il s’agit d’un énorme point d’accès auquel vous pourrez vous connecter, et espérer des débits qui atteignent en général entre 20 et 30 mégas. Les temps de latence sont bien plus faibles qu’avec l’Internet par satellite et les débits sont également un peu meilleurs, mais cela reste encore assez éloigné d’une bonne connexion XDSL ou 4G. Par contre, s’il n’y a pas le choix cela reste suffisant pour pas mal d’usages, visio communication et streaming inclus tant que vous ne visez pas le 4K 60 fps.

Voilà, en résumé, les 3 technos qui devraient vous permettre d’avoir une connexion en haut de votre montagne. Mis à part avec une solution 4G, vous n’obtiendrez pas le confort d’une vraie connexion internet. Mais peut-être est-ce mieux d’avoir un débit un peu plus faible et un cadre de vie infiniment meilleur, non ? La volonté générale, poussée par le gouvernement est que l’ensemble du territoire soit couvert en très haut débit, et comme nous le voyons déjà, les zones blanches sont de moins en moins nombreuses. Il y a donc fort à parier que d’ici quelques années ces technologies de remplacement ne soient plus utiles, du moins en France. Cependant, elles resteront encore de bonnes alternatives pour les pays où la couverture met un peu plus de temps à se mettre en place.

C’est ce que vise M. Musk avec son Star Link, le but étant que tout le monde puisse obtenir un accès décent à Internet, quel que soit le pays où il vit ou les conditions de couverture.

Il y a déjà eu certaines initiatives qui ressemblaient un peu à Star Link. Par exemple, l’utilisation de ballon météorologiques pour élever des points d’accès, semblables à du WiMax, pour desservir certaines zones difficiles.

  • Updated février 18, 2021
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
Le plus vieux
Le plus récent Le plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
1
0
Nous voulons connaitre votre avis, commentez !x