fbpx

Comment créer un NAS à la maison ?

Un NAS c’est très pratique et totalement dans l’air du temps. Avec la multiplication des médias que nous consommons, que cela soit pour le travail ou pour des besoins personnels, il devient nécessaire de pouvoir stocker de grandes quantités d’informations, et que ces données soient accessibles d’un peu partout.

Comme nous en avons déjà parlé, il existe pour s’équiper, plusieurs possibilités, comme par exemple d’acheter un NAS commercial tout fait, ou bien de créer son propre NAS en achetant soi-même les composants ou en recyclant un ancien ordinateur. Mais ces solutions, bien que performantes, ne sont pas adaptées à tout le monde. En effet, si vous ne souhaitez que stocker des documents et regarder un film de temps en temps à partir de votre NAS, alors les solutions évoquées ci-dessus sont un peu overkill, et de plus, elles vont nécessiter un investissement (parfois non négligeable), ou bien une consommation électrique là non plus non négligeable.

Car finalement tout est là, un peu comme dans pas mal d’autres domaines de l’informatique, combien cela va me couter vis-à-vis de mes besoins ?

Un photographe ou un vidéaste qui stocke l’ensemble de ses réalisations sur son NAS, avec une sauvegarde qui se fait automatiquement, des débits permettant de travailler dans de bonnes conditions etc… ne verra pas forcément de problèmes à mettre 1000 euros dans son NAS.

De même, une famille qui se sert de son NAS pour diffuser des vidéos sur tous les appareils de la maison ne verra pas de soucis à ce que le vieil ordinateur familial leur coûte 25 euros par an vis-à-vis du service proposé.

Mais si vos besoins sont tout petits, que vous voulez juste, de temps en temps, pouvoir consulter un fichier Word depuis votre téléphone, puis l’éditer sur votre PC, bref juste avoir quelques documents disponibles un peu partout dans la maison. Si vous n’êtes pas un grand consommateur de films, ou bien que vous préférez utiliser Netflix, si vous ne comptez pas vous lancez dans l’auto hébergement de vos emails, de votre propre cloud ou monter des machines virtuelles, serez-vous prêt à acheter un NAS 300, 500 ou 1000 euros ? Certainement que non, et pourtant, vous pouvez toujours accéder aux avantages d’un NAS, car vous en possédez probablement déjà un, sans même le savoir.

Vous avez déjà un NAS, il vous suffit de l’allumer

Ok le titre est un peu volontairement aguicheur, peut-être que vous n’avez pas ce qu’il faut pour faire un NAS sans autre investissement, mais je pense que la plupart de vous, lecteurs, avez déjà le matériel nécessaire.

Ce qu’il vous faut, c’est, un routeur assez récent, et un disque dur externe. C’est tout. Alors, avant de vous rué sur tout ça, il convient de s’assurer que c’est tout de même possible car ça va beaucoup dépendre de votre routeur.

Déjà, avant d’aller plus loin inspectez l’extérieur de votre routeur, si vous y découvrez un port USB, c’est très bon signe (mais ça ne veut pas forcément dire que vous pourrez faire un NAS), par contre, s’il n’y a pas de port USB, vous pouvez abandonner l’idée, du moins, avec ce routeur.

Donc, partons du principe que vous avez un ou plusieurs ports USB sur votre routeur, il va maintenant falloir vérifier que ce dernier est capable de servir les fichiers contenus sur le support de stockage sur votre réseau. En effet, malheureusement, sur certains routeurs, le port USB n’est là que pour brancher une imprimante afin que le routeur agisse en tant que serveur d’impression. Sur ces routeurs, il n’est généralement pas possible de brancher un disque dur externe sur le port USB.

Donc, il va falloir accéder à l’interface en ligne de votre routeur. Si vous êtes en France, l’adresse par défaut du routeur est généralement 192.168.1.1 ou 192.168.0.1 ou bien encore 192.168.1.254, mais attention l’adresse peut tout aussi bien être totalement différente.

Pour en avoir le cœur net, ouvrez une invite de commande (bouton démarrer, puis entrez « cmd ») et tapez dedans « ipconfig ». Validez avec la touche « entrée » et recherchez votre carte réseau active dans la liste qui s’affiche. En face de la ligne « passerelle », vous trouverez l’adresse de votre routeur.

Une fois que vous avez cette adresse, entrez là dans votre navigateur, et vous arriverez sur la page d’administration de votre routeur. Là, 3 cas de figure pour vous connecter :

  • Soit le routeur vous informe que c’est votre première connexion et qu’il faut que vous décidiez d’un mot de passe, dans ce cas-là, pas de problème.
  • Soit le nom d’utilisateur et le mot de passe par défaut sont imprimés sous votre routeur, dans ce cas-là non plus, il n’y a pas de souci.
  • Dernière possibilité, il faut entrer le nom d’utilisateur et le mot de passe par défaut pour ce modèle de routeur. Ces informations sont disponibles dans la notice de votre appareil, et si vous ne l’avez plus, il faudra faire quelques recherches en ligne. Vous pouvez essayer admin et admin, ou bien root et root, ou bien admin sans mot de passe, mais le mieux et de trouver l’information exacte.

Une fois que vous êtes connecté à l’interface de votre routeur, il va falloir vérifier si elle dispose d’une partie qui s’appelle « USB Sharing » ou « Cloud », ou « USB », ou tout autre chose en rapport avec ce que l’on essaie de faire (les noms changent suivant les constructeurs).

Par exemple, sur un routeur TP-Link récent, la bonne catégorie se nomme « USB sharing ». Comme vous pouvez le voir sur la capture suivante.

Si vous trouvez ce qui nous intéresse, il est alors temps de brancher votre disque dur externe sur le port USB du routeur.

Une fois cela fait, il faudra surement faire reconnaitre le disque par le routeur, avec un bouton « scan », ou bien parfois en redémarrant le routeur.

Attention, il faut bien garder à l’esprit que le disque que vous allez brancher sur le routeur sera formaté. C’est-à-dire que vous allez perdre tout ce qui est présent sur le disque. Il convient donc de copier tous les fichiers qui pourraient être présents sur ce disque avant de s’en servir pour cet usage.

Une fois que votre disque sera reconnu et formaté, il faudra effectuer quelques réglages simples. Par exemple, il faudra autoriser ou non certains services, donner un nom au disque etc… rien de bien compliqué.

Par exemple, si vous voulez que votre disque soit vu en tant que périphérique DLNA, c’est-à-dire qu’il soit possible de lire un film à partir de ce support sur votre TV connectée ou votre PC, il faudra activer ce service. Sur la capture que je vous ai mis, vous pouvez voir que j’ai encadré en rouge l’option correspondante.

Que vaut ce NAS ?

Comme je vous le disais, ce type de NAS est vraiment très basique, mais il peut pourtant vous rendre d’énormes services, et surtout gratuitement si vous avez déjà le matériel compatible.

En fait, les fonctionnalités disponibles vont dépendre de deux choses, le bon vouloir du constructeur, et la puissance du routeur.

Par exemple, avec un routeur de marque Asus, vous pouvez faire pas mal de choses avec votre disque dur USB. Sauvegarde automatique, DLNA, Cloud personnel, serveur FTP, partage de liens avec vos amis ou votre famille, réplication du cloud Asus sur votre disque dur USB, Time Machine (sauvegarde pour les appareils Apple) …

Avec un routeur TP-Link, comme celui dont je vous ai mis une capture d’écran, vous pourrez « uniquement » avec un serveur DLNA, un serveur FTP, et faire de la sauvegarde en Time Machine.

Les options offertes sont donc très différentes. Cependant, toutes les marques de routeurs compatibles avec les supports de stockage externes devraient vous fournir les fonctionnalités basiques dont vous aurez besoin c’est-à-dire, au minimum le DLNA. Car pour le reste, le stockage de fichiers qui ne doivent pas être streamés, n’importe quel routeur sur lequel on peut brancher un disque dur fera l’affaire. Il suffit de partager le disque (si ce n’est pas automatique), puis de connecter le chemin réseau à votre PC ou autre appareil.

Petite parenthèse, si vous ne savez pas connecter un lecteur réseau à votre PC, je vais vous expliquer rapidement comment faire :

  • Il faut connaitre l’adresse IP locale de votre routeur, normalement, ça s’est déjà fait.
  • Il faut que votre disque soit branché au routeur et fonctionnel.
  • – Ensuite, ouvrez votre explorateur de fichiers, et entrez dans la barre d’adresse celle de votre routeur, précédée de deux antislashs
    • Par exemple, si votre routeur est sur l’adresse 192.168.1.1, il faudra taper \\192.168.1.1 dans la barre d’adresse.
  • Ensuite, sur le dossier racine qui s’affiche à l’écran, faites un clic droit et choisissez « Connecter un lecteur réseau »
  • Voilà, c’est tout, vous pourrez maintenant vous servir du disque dur branché kà votre routeur comme s’il s’agissait d’une clé USB branchée à votre PC.

Petite parenthèse 2 :

Si vous n’arrivez pas à accéder à votre NAS de la manière que je viens d’expliquer, et que vous êtes sur Windows 10 alors, c’est peut-être normal. Ouvrez le panneau de configuration, puis « Programmes et fonctionnalités », puis « Activer ou désactiver des fonctionnalités Windows », et enfin, activez « Support de partage de fichiers SMB 1.0/CIFS ».

Réessayez d’accéder à votre NAS, et hop, magie, ça fonctionne.

Une fois que tout ceci est en place, vous pouvez copier des fichiers sur le disque dur raccordé à votre routeur depuis votre PC, et les lire depuis un autre appareil, par exemple depuis votre TV connectée, votre smartphone, la box media de votre FAI…

Comme ce stockage est connecté en permanence à votre PC vous pouvez également vous en servir pour faire de la sauvegarde de fichiers, pour enregistrer directement vos torrents depuis votre logiciel de téléchargement (torrents légaux uniquement bien entendu) etc…

C’est exactement la même chose que si ce disque dur était directement branché à votre PC sauf qu’il est accessible depuis tous les appareils de la maison et que les temps de transfert seront un peu plus élevés.

Peut-on toujours parler de NAS ?

Si on s’en tient à l’acronyme, Network Attached Storage, oui on peut. Il s’agit bien d’un périphérique de stockage toujours disponible sur votre réseau.

Par contre, si on s’en tient à ce qui est de plus en communément admis comme étant un NAS, c’est-à-dire les NAS commerciaux ou reposant sur OpenMedia Vault ou Free NAS, pas vraiment.

Il faut bien comprendre que dans la définition communément admise, on parle en réalité plutôt de serveur personnel, les NAS commerciaux ou reposant sur les distributions que nous venons de citer, font bien plus de choses que de simplement rendre disponibles des fichiers sur votre réseau.

Avec un NAS fait maison avec un routeur et un disque dur, vous n’aurez pas accès à une fraction de ce qu’il est possible de faire avec un NAS au sens maintenant admis.

Mais la question qu’il faut alors se poser, est est-ce que j’ai besoin d’un NAS à 500 euros ? Qu’est-ce que je veux faire avec mon NAS ? Si vous voulez regarder des films sur votre TV sans le copier au préalable sur une clé USB, ou sans laisser votre PC allumé. Si vous voulez faire un peu de sauvegarde de vos documents importants, ou juste rendre disponibles ces documents sur plusieurs appareils, alors l’usage de ce type de NAS est tout à fait envisageable. Et ça fonctionne particulièrement bien dans la plupart des cas.

Et c’est gratuit ! Alors, qu’attendez-vous pour mettre en place ce NAS que vous avez toujours possédé ? Et puis qui sait, si vous en tirez bénéfices, peut-être que vous aurez alors l’envie d’investir dans un appareil dédié plus performant. Cela peut être vue comme un test, ou comme une initiation.

Personnellement, je ne pourrais vraiment pas me passer de ce genre d’outils sur mon réseau, vous devriez essayer.

  • octobre 26, 2020
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
0
Nous voulons connaitre votre avis, commentez !x
()
x